SWMRS est un groupe pas comme les autres et le prouve avec Berkeley’s On Fire

SWMRS font partie de ces artistes auxquels il est difficile d’attribuer un genre musical. Le groupe californien a son univers bien à lui et le réduire à une catégorie en particulier lui ferait perdre sa singularité.

Composé de Cole Becker, Max Becker, Joey Armstrong et Seb Mueller, le quatuor vient de sortir son deuxième album intitulé Berkeley’s On Fire. Un opus étonnant et intriguant qui montre une fois de plus l’originalité du groupe.

SWMRS avait donné le ton avec le titre Berkeley’s On Fire, le premier extrait de l’album que le groupe avait partagé l’été dernier. Une chanson engagée qui représente bien l’univers musical du groupe.

Des chansons penchées rock comme Lose Lose Lose, Lonely Ghosts et Hellboy, des titres plus tournés vers l’alternatif comme April In Houston et Too Much Coffee, des chansons plus douces comme IKEA Date et Bad Allergies; l’album est diversifié et le mélange d’influences est séduisant. SWMRS repousse les limites du punk tout en gardant le côté engagé. Le groupe californien parle de politique (ils s’adressent directement à Vladimir Poutine dans Lose Lose Lose), des médias, du port d’arme etc… sans aucun filtre.

Petit brin de folie, paroles engagées, style musical unique; ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas deux groupes comme SWMRS.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s